Ramesh (formation AREL) : « En 2015, j’ai suivi l’atelier de recherche d’emploi et d’apprentissage linguistique et j’ai fait mes 15 jours de stage dans un restaurant de Viry-Chatillon. En février 2016, j’ai été embauché en CDI. Grâce aux ateliers, j’ai un job et un appartement, je dois encore progresser à l’oral mais je suis content ! »

Ramesh (Atelier de Recherche d’Emploi et de formation Linguistique) :
« En 2015, j’ai suivi l’atelier de recherche d’emploi et d’apprentissage linguistique et j’ai fait mes 15 jours de stage dans un restaurant de Viry-Chatillon. En février 2016, j’ai été embauché en CDI. Grâce aux ateliers, j’ai un job et un appartement. Je dois encore progresser à l’oral mais je suis content ! »

Kamissa (Atelier Socio-Linguistique et chantier d’insertion Hygiène et propreté) :
« J’ai suivi l’atelier sociolinguistique pré-emploi. Puis j’ai été prise dans le chantier d’insertion nettoyage. On a appris à mieux lire et bien comprendre le français pour le métier du nettoyage. J’ai appris beaucoup de choses pendant ces formations. Je suis très contente. »

Axel (Formation Fibre optique) :
« J’avais un BEP électrotechnique et je recherchais un emploi. Je ne connaissais rien à la fibre optique. J’ai appris durant la formation et les stages. Ca m’a plu. Quelques jours après la fin de ma formation, j’ai reçu un appel d’une entreprise qui m’a proposé un emploi de raccordeur en fibre optique pour le compte d’opérateurs comme Orange ou Free. Ce que j’apprécie avant tout, c’est la relation avec les clients, qui nous accueillent bien. J’aime aussi l’aspect très varié du métier. »

Jaures (Formation Fibre optique) :
« On a acquis tous les termes spécifiques, toutes les techniques. On est opérationnel aussi bien sur les raccordements que sur la gestion du réseau. »

Mariam (Chantier d’insertion Métiers de la restauration) :
« J’ai toujours eu envie d'être cuisinière. C’est une assistante sociale qui m'a orientée vers le chantier d'insertion Cuisine de Grigny. Formée par un Chef Cuisinier aux métiers de la restauration collective, j'ai obtenu le titre d'Agent de Restauration (niveau CAP). Ensuite, avec l'aide du CFP, j'ai pu effectuer mes premières missions dans différents lieux. Aujourd'hui, je suis en intérim dans une même entreprise et ça me convient bien car ça m'offre de la souplesse pour m'occuper de mes enfants. Quand ils seront plus grands, j'aimerais travailler dans la restauration du secteur médicalisé que j'ai eu l'occasion de pratiquer lors de stages et remplacements. »

Marie-Joëlle (Chantier d’insertion Petite enfance) :
« J’ai postulé à ce chantier pour préparer le concours d’auxiliaire de puériculture. Je voulais augmenter mes chances de réussite et avoir plus confiance en moi. J’avais des cours théoriques deux jours par semaine au CFP et deux jours de pratique dans une structure petite enfance. J’ai fait un stage de cinq semaines en maternité à la clinique de l’Essonne pour me familiariser aux missions d’une auxiliaire de puériculture. Ce chantier m’a permis de gagner de l’expérience et j’ai plus d’assurance dans le cadre professionnel. »

Mateus (Formation Canalisateurs) :
« Avant cette formation, je n’avais jamais touché un ordinateur. Avec la formatrice, j’ai appris à allumer l’ordinateur, taper et copier un petit texte. Maintenant, je sais aussi copier et coller des images. On a appris à faire des calculs de surfaces et volumes. J’en avais déjà fait mais j’avais oublié. Grâce à la remise à niveau, j’arrive à mieux calculer. »

Mellal (Formation Canalisateurs) :
« La remise à niveau m’a beaucoup aidé. J’ai appris à faire des calculs de surfaces. Ca m’a aidé pendant le stage et sur le plateau technique. Avant, je n’avais jamais utilisé un ordinateur. Maintenant, je sais aussi m’en servir. On a créé avec la formatrice une adresse mail que j’utilise pour des contacts. J’ai aussi appris avec le formateur technique à lire des plans et des croquis. »